Comme dans un roman

Publié le par Alluvions

J'ai  expiré la dernière bouffée de ma dernière cigarette. Il faut avouer que je fumais beaucoup. J'avais  fait maintes tentatives pour sortir de cet esclavage.
Mon mari et moi , nous étions d'accord sur ce point : on n'élève pas un enfant dans la fumée de cigarette.
Un soir, je me souviens que c'était après les fêtes de fin d'année, j'ai regardé la cigarette que j'avais dans mon paquet . C'était la dernière. Je n'avais pas eu le temps d'en racheter. Et je me suis dit : voilà , c'est la dernière, le moment où jamais .......J'ai allumé  cette cigarette et je l'ai dégustée. C'est sans soute celle, que j'ai le plus apprécié.
Et le landemain , au lieu de racheter un paquet, j'ai fais le plein de TIC-TAC:"seulement 2 calories par bobon". Eh bien , ils m'ont aidé à passer le cap.. Merci  tic-tac ..
Ensuite , j'ai pu arréter la pilule ..;
Et notre petit bout est arrivé un an après .......
Je voulais être suivie dans un endroit humain... Et  nous avions la  chance d'habiter près de la clinique des Lilas. Tantôt controversée , tantôt citée en exemple  car l'on y pratique l'accouchement sans douleur, selon la méthode Leboyer.
En ce qui me concerne, je souhaitais que notre  Max arrive au monde tranquillement et je refusais la péridurale. Je ne voulais pas qu'on touche à ma colone vertébrale.
J'ai donc suivi  assidument les cours , j'ai consulté la spychologue de la clinique car , j'avais encore quelque contentieux à régler avec mon passé d'enfant. Jusqu'à ce que je sois prête ....Au terme de ma grossesse, j'étais prête à mettre au monde mon petit d'homme.
Chose bizarre, nous ne voulions pas savoir si nous attendions un garçon ou une fille. Ce serait la surprise. Mais lorsque nous en parlions , c'était toujours 'lui ou il" .. Et autant, j'avais de prénoms masculins qui me plaisaient, autant , nous n'arrivions pas à nous décider pour un prénom de filles.   Si "elle" était née , nous aurions eu du mal à la nommer de suite  .
Le moment venu , nous avons débarqués, le papa et moi à la clinique, et j'ai eu la chance de me voir attribuer la chambre avec baignoire, ce qui m'a beaucoup aider pour accoucher., en accélérant de façon naturelle, la progression de Bébé vers la sortie.
Les sages-femmes ont été humaines, maternelles. elles m'ont encouragé . Leur présence était un vrai réconfort et plus sympa qu'un produit quelconque injecté dans ma colone vertébrale.Et puis , lorsque les cheveux de notre bébé furent bien visibles, elles m'ont permis de le voir au moyen d'une glace . A partir de ce moment , je n'ai plus rien senti que la formidable envie de prendre  mon fils dans mes bras
Une aventure exeptionelle ...



Commenter cet article