La Maison de retraite

Publié le par Alluvions

Une Expérience

J'ai envie de vous faire part de cette expérience très particulière vécue en 2005.

    A l'époque, je préssentais que nous devrions déménager encore une fois et donc pour nous mettre à l'abri de toutes ces recherches d'emplois fastidieuses, je voulais faire une formation qui "s'exporte". Je pensais à la formation d'auxiliaire de vie auprès d'enfants handicapés.
Concernée, je le suis car mon fils est atteint d'une maladie neuromusculaire. je voulais donc en faire un peu plus.
je prends donc rendez-vous dans un centre de formation avec la psychologue du travail. Je passe les tests. Conclusion : Je suis trop intellectuelle pour ce type d'emploi. Et voilà une bataille un peu bizarre qui s'engage.
je ne comprends pas pourquoi je serais trop intellectuelle pour ce travail et je le signifie. Pas d'explications supplémentaire de la psychologue du travail.
Je vais donc de-ci ,de-là voir telle ou telle animatrice dans des associations dites d'insertions. Et j'explique. On me dis que je ne dois pas m'occuper de ce qu'elle dit et continuer ma route.
A tout hasard, je demande quand même s'il n'existerait pas des formations correspondant à mes" capacités intellectuelles", puisque c'est de cela qu'il s'agit. Ma foi , le temps se passe et je suis convoquée à un ultime entretien avec un conseiller ANPE et "ma psychologue"... qui m'abreuve de questions pièges.
Mais voilà , sans comprendre pourquoi, je suis retenue..  Ravie d'avoir su convaincre, j'entame ma formation.
je reconnais que la partie "théorique" de la formation consistant en l'apprentissage des différents produits de nettoyage , et autres rubriques ne m'ont pas passionnées du tout. J'avoue que je commençais à m'ennuyer un peu mais c'était le passage obligé pour travailler auprès d'enfants handicapés.
Vient le stage pratique. Alors-là ,je crois que j'ai un peu commencé à comprendre.
Je voulais faire mon stage auprès d'enfants handicapés puisque c'était mon projet. Et je me suis retrouvée placée d'office dans une maison de retraite.
De toute façon, c'était le but de cette formation. je me suis entendue dire que la majorité des personnes" placées " seraient amenées à travailler auprès des personnes âgées. j'ai protesté que ce n'était pas mon objectif principal et le pourquoi.
Bref, je prends mon poste dans une maison de retraite 4****. Les 2 premiers jours d'apprentissage du ménage se passent bien. Mais ensuite , je dois passer au stage d'auxiliaire proprement dit. Et là , je demande à ne pas effectuer certains gestes qui me rendront maltraitante malgré moi. Car je suis petite de taille (au-dessous d'1m50) .
Ma première tutrice refuse . C'est ça ou le ménage car , j'ai choisi cette formation , je dois donc faire ce qu'on me dit , point final. Et ce , quelque soit mon projetde formation.Et puis que je laisse tomber une personne âgée 2 fois sur la même intervention ne la concerne pas.
Je n'ai qu'à retourner au ménage..Qu'à cela ne tienne, j'y retourne volontier , soulagée.
Avec la seconde équipe, je suis comprise et ne fais que ce que je sens que je peux assurer auprès des résidents.
Au cours d'un repas ,alors que je nourri un vieux monsieur très souffrant, je lui parle en même temps. je ne peux pas nourrir une personne (âgée ou bien enfant )sans rien dire, ce n'est pas qu'une bouche !!Je m'entend dire par une auxiliaire que les résidents sont fatigués de m'entendre .
Alors que ce monsieur exprimait par son regard son attention à mes paroles. Lui qui avait fui dans le mutisme. Il ne parlait plus qu'à quelques personnes... Et il m'avait fait comprendre combien il souffrait, en pleurant.
Il me parlait surtout avec son regard. Lorsqu'il ne voulait pas être dérangé, il lui suffisait de "couper le contact visuel". Son regard se vidait.
Au cours des repas , j'explosais souvent sur les conditions de vie des personnes âgées. je râlais. Nous étions 3 à avoir observé la maltraitance avec l'une des 2 équipes, la plus jeune .La parente d'une résidente avait "vu" la maltraitance psychologique.Elle s'en est ouverte aux autres familles . Mais le problème est le suivant: "où mettre nos personnes âgées ?" Alors , tout le monde a peur et tout le monde se tait.
On me disait "tais-toi, tu n'auras pas ta validation de stage!"
Tan pis pour moi,de toute façon , je ne pouvais pas me taire.
Les animatrices m'avaient prévenue que dans le sanitaire et social , j'en verrai de toutes sortes et du sordide aussi. On sait beaucoup de choses, on laisse faire. Les  formatrices le savent aussi et là aussi, il faut rentrer dans la jeu car sinon, on se fait tancer.
j'ai eu droit à mon quart d'heure de semonces lorsque j'ai résumé mon stage une fois revenu à la partie théorie. L'oragnisme n'a pas accepté que je ne fasse pas TOUS les gestes demandés. Peu importe que je sois maltraitante ou non.
L'immense hypocrisie est le mensonge. Beaucoup de mes collègues ont reconnu la maltraitance dans la majorité des maisons de retraite.. Mais que faire ? elle devait se tenir à cette formation sous peine de sanctions de la part des assédics, sous peine d'avoir à rembourser leur formation plus ou moins imposée.
Chacun dans son coin justifie le fait que la maltraitance existe. en ce qui me concerne , mon fils dont l'état justifiait que je reprenne ma place à la maison , m'a permis de  quitter la formation.
J'ai alerté l'Association ALMA  qui s'occupe de la maltraitance des personnes âgées, j'ai alerté un syndicat qui pouvait peut-être m'aider à faire quelque chose pour informer. Et j'ai alerté Monsieur Chirac , président à l'époque.
Coïncidence ou non, quelques temps après naissait l'opération "+ DE VIE" créer par Bernadette Chirac  et sur le même mode que les pièces jaunes.

Publié dans Les personnes âgées.

Commenter cet article