Réflexions

Publié le par Alluvions

«Se connaître soi-même, c'est s'oublier. S'oublier soi-même, c'est s'ouvrir à toutes choses.»
[ Maître Dôgen ] -


Biographie de Maître Dôgen

Issu d'une famille princière de l'actuelle région de Kyoto, Dogen devient orphelin à l'âge de sept ans. A l'âge de treize ans, il entre au monastère Enryaku-ji sur le Mont Hiei et devient moine, suivant ainsi les dernières recommandations de sa mère. Il est choqué par la corruption dont il est témoin dans ce monastère et déçu de voir comment le bouddhisme évolue au Japon. Bientôt il quitte le Monastère et poursuit sa pratique auprès de différents maîtres. En 1225, au cours d'un voyage en Chine à la recherche d'un bouddhisme plus authentique, Dogen rencontre Maître Nyojo et devient son disciple. Maître Nyojo insiste sur la pratique de Shikantaza. Dogen abandonne ses livres et se plonge dans la pratique de zazen. A 26 ans, il connaît l'Eveil. Maître Nyojo le certifie. Un an plus tard, Dogen retourne enseigner au Japon. Il rédige de nombreux essais sur le Zen, dont le Fukan Zazen Gi (' Conseils à tous pour le zazen') et le Tenzo Kyokun (' Instructions au cuisinier zen'), mais son ouvrage le plus célèbre est sans aucun doute le Shôbôgenzô (' Le Trésor de la Vraie Loi'), dans lequel il affirme que l'expérience personnelle authentique est préférable à la stricte observance d'une doctrine. Il montre que Zazen (la pratique) et Eveil ne font qu'un. Dogen fonde ainsi l'école Zen Soto. En 1244, il fonde le temple Daibustu-ji.njoKoan

Publié dans Réflexions

Commenter cet article

clementine 12/11/2007 17:47

cette philosophie est de la sagesse pure quand vous dites "dans lequel il affirme que l'expérience personnelle... est préférable à la strice observance d'une doctrine". Cela me plaît beaucoup.clémentine