Grenelle de l'insertion !

Publié le par Alluvions

Reuters - il y a 1 heure 48 minutes

PARIS (Reuters) - Rebattre les cartes de l'insertion et engager les réformes qui s'imposent en la matière : tels sont les objectifs affichés du "Grenelle de l'insertion" lancé cette fin de semaine par le gouvernement.

Les "rencontres de l'expérimentation sociale" prévues vendredi et samedi à Grenoble (Isère) marqueront le début de six mois de travaux sur ce sujet appelés à déboucher sur un train de mesures concrètes.

Des dizaines de représentants du secteur (professionnels, associations, bénéficiaires, collectivités locales, élus, chercheurs, etc) débattront en présence du Haut commissariat aux Solidarités actives contre la pauvreté, Martin Hirsch.

"Insertion : à quoi peut servir un Grenelle ?", "Qu'est-ce qu'être éloigné de l'emploi ?", "L'entreprise classique doit-elle évoluer pour mieux insérer ?" figurent parmi les thèmes des débats annoncés à Grenoble.

A deux jours de ce rendez-vous, Martin Hirsch a fait une communication lors du conseil des ministres de mercredi avant de présenter dans l'après-midi à l'Assemblée nationale ce qu'il considère comme "les cinq objectifs" du "Grenelle".

Il faut "remettre de l'ordre dans des prestations qui décroissent: quand on croit franchir une marche, on en descend une", a dit le Haut commissaire devant les députés.

L'ancien président d'Emmaüs France a également souligné l'importance de "donner l'accès à la formation professionnelle à ceux qui en sont le plus éloignés" et de "faire des contrats aidés non pas des impasses mais des passerelles vers l'emploi pérenne".

"Il n'est pas possible de demander à une personne qui a 58 ans de revenir à l'assedic sous prétexte que le contrat aidé s'arrête au bout de deux ans", a-t-il expliqué.

Selon le compte rendu du conseil des ministres, le "Grenelle" permettra de "sortir des débats de spécialistes et des idées reçues sur l'insertion, en cessant d'opposer insertion professionnelle et accompagnement social".

L'une des pistes examinées est la généralisation du Revenu de solidarité active, qui remplacerait à terme les multiples minima sociaux - Revenu minimum d'insertion (RMI), Allocation spécifique de solidarité (ASS), Allocation de parent isolé (API), Allocation d'adulte handicapé (AAH), etc.

Actuellement expérimenté dans une vingtaine de départements, le RSA est un mécanisme de soutien aux bas revenus visant à encourager le retour à l'emploi en supprimant les effets de seuil des minima sociaux.

Selon l'entourage de Martin Hirsch, sa généralisation aux quelque 1,5 million de bénéficiaires du RMI et de l'API coûterait environ quatre milliards d'euros par an.

L'idée d'un "Grenelle de l'insertion" avait été lancée le 2 octobre dernier à Dijon (Côte d'Or) par le président Nicolas Sarkozy, dont l'objectif affiché est de réduire la pauvreté en France d'un tiers en cinq ans.ypers18.gif


Monsieur Sarkozy recconait donc qu'il y a une pauvreté en France et il s'augmente de 173°/° , mais il est vrai que "Charité bien ordonnée commence par soi-même !!"

Et pour faire passer la pilule , un coup de perlin pinpin , destiné à faire croire aux nantis qu'ils s'occupe de tout le monde !
Comme cela, c'est bien plus facile de se racheter une conscience !

Publié dans société

Commenter cet article