Une histoire de Kiné Creillois.

Publié le par Alluvions

L'aventure  en Région Parisienne commençait à devenir pesante. 
Je voyais bien que Max  marchait de plus en plus difficilement. Je le voyais se prendre les pieds fréquemment  , tomber , se couvrir  de bleus.
Je voyais ses jambes se déformer petit à petit.
Pourtant , il avait des séances de kiné régulièrement ,  deux fois par semaine.
Je m'inquiète donc auprès du kiné , lui demandant son avis.
Et ce Monsieur me répond :" C'est normal , c'est la croissance !"
Et puis sa femme me dit un jour : "C'est la faute de Max , il ne fait pas ses exercices ! " .
Remarques que je  trouve fort déplacées. C'est parce que Max EST un enfant que les séances chez le kiné sont nécessaires. Il faut un accompagnement des adultes.
je lui fais donc part de mon opinion de mère.La discution est très vite close. Bien sûr que l'on me donne raison!
Lorsqu'arrive le compte-rendu de la neurologue , je laisse la photocopie jointe  donnant des indications sur le suivi et les exercices conseillés en kiné.
Et Môssieur me dit sur un ton outré : " Madame , je connais mon métier!" . Il refuse de prendre la feuille que je lui tend .
N'y jettera même pas un coup d'oeil.
Quand , au cours d'une discution sa femme me déclare un jour qu'elle se fait suivre par un spécialiste à 100 euro la consultaton à l'hôpital américain de Neuilly, je commence à avoir de sérieux doutes.
Tous ces indices acumulés , l'aggravation manifeste des difficultés de mon gamin me font tilt.
Je demande à mon fiston de me décrire les séances de kiné.
Là , j'apprends que :
-Max reste tout seul la majeure partie du temps !
-Que le kiné le met sous la lampe chauffante presque toute la séance !
-Qu'il ne fait qu'une vague apparition de quelques minutes , le temps d'étirer deux ou trois fois sur les tendons et lui donne un peu à faire tout seul , sans surveillance !
-Qu'il passe son temps avec  les autres patients , quatre ou cinq en même temps.
-Donc , conclusion , Max perd son temps ! Perd tout le gain des séances de kiné précédentes .
-Sa maladie s'aggrave !
Je décide de refaire le tour des cabinets de la vile , des villes environnantes , toujours mon dossier sous le bras.
Et misère,  de misère , un kiné , solidaire celui-là m'affirme haut et fort :
-" Madame , vous faites beaucoup de bruit , alors que c'est la maladie  qui provoque les chutes, c'est la croissance qui aggrave les symptômes, ça ne vient pas du kiné !"
Les bras m'en tombent !! Bref , c'est la faute à mon gamin, c'est la maladie, c'est la faute à  - PADECHANCE  ! - Mais en aucun cas , il ne faut remettre en cause le travail du professionnel !
Devant une telle solidarité , je me suis demandée ce que ce type avait à se reprocher ? si même , il était capable de se remettre en question !
D'où vient le TROU de la SECU, à votre avis ?Billets-de-5----.jpg
Toujours mon dossier sous le bras , je démarche les assistantes sociales, les médecins , enfin tout un monde succeptible de m'aider.
Jusqu'à ce qu'une assistante sociale me dise que sa fille avait eu besoin d'un kiné pour un problème de dos. Et nous met en rapport , en insistant sur l'urgence .
Un cabinet sur Chantilly.
Heureusement ! Bien qu'à ce moment-là , il nous a fallu courrir à Chantilly tous les mercredi après-midi et réduire le nombre de séances . De deux par semaine passer à une ...Ce qui était totalement insuffisant.
Mais il valait mieux une séance efficace  qu'un mauvais suivi.
J'apprends tout de même que les urgences de kiné ( dans les cas de bronchiolites ) ne sont plus assurés par les collègues de Creil et alentours.
Que le cabinet de Chantilly reccupère systèmatiquement des parents  qui trouvent portes closes et répondeurs téléphoniques en cas d'urgence, qu'ils doivent absoluement se déplacer sur Chantilly.
Les kinés "d'ailleurs "ont décidé de faire passer leur confort avant leurs devoirs..
Tout ceci  nous amène à rechercher des solutions pour la scolarité de Max. Impossible de choisir entre la scolarité et les soins . Il lui faut les  deux.
La vie en Région Parisienne  nous parait de plus en plus compromise !!!!

Commenter cet article